Stress au travail : Trouver une solution adaptée

Stress au travail

La précarité de l’emploi, la baisse des salaires et le chômage ont entraîné une augmentation du pourcentage de travailleurs éprouvant une certaine forme de souffrance au travail. Il est vrai qu’un certain niveau de stress peut être propice à l’adaptation et peut même nous motiver, augmenter nos performances et nous faire mener une vie plus stimulante. Mais bien souvent, lorsque nous dépassons ce seuil, le stress finit par nous épuiser et a un impact très négatif sur nos performances et notre santé au travail.

Comment prévenir le stress au travail ?

Le coût économique est énorme, mais généralement les entreprises ne sont pas disposées à prendre des mesures de prévention des risques professionnels pour en réduire les effets si cela implique de devoir modifier leurs procédures ou de penser au bien-être du travailleur. Certains organismes sociaux tels qu’idprevention.com œuvrent dans ce sens. Plusieurs des démarches de prévention que les entreprises pourraient prendre en vue de réduire le niveau de stress de leurs employés sont déjà répertoriées :

  • établir des horaires de travail qui évitent les conflits ;
  • fixer des charges de travail compatibles avec les capacités du travailleur et lui permettre de récupérer après des périodes exigeantes ;
  • permettre que les capacités personnelles de chaque travailleur soient exploitées afin de rendre leur réalisation plus stimulante ;
  • éviter toute ambiguïté concernant son avenir, notamment la stabilité de son emploi et sa promotion ;
  • concevoir de manière adéquate les conditions de sécurité au travail ;
  • promouvoir une communication fluide dans l’environnement de travail ;
  • permettre la participation à la prise de décision ;
  • définir clairement les fonctions et les tâches à accomplir ;
  • prévenir les risques au travail ;
  • soutenir socialement les employés.

Toutefois, dans les conditions actuelles du marché du travail, ces mesures de prévention des risques au travail sont un condensé de bonnes intentions dont la mise en œuvre effective reste encore difficile.

Doit-on renoncer à être moins stressé au travail ?

La réponse est clairement non. Nous pouvons et devons contrôler notre niveau de stress même si nous ne pouvons pas compter sur la pleine coopération des entreprises.

Mais comment pouvons-nous faire cela ? Nous devrions concentrer nos efforts sur ce qui est sous notre contrôle et sur ce quoi nous pouvons agir : nous-mêmes. Lorsque nous sommes débordés de travail, nous avons tendance à abandonner toute une série de saines habitudes qui nous protègent du stress :

  • l’exercice régulier ;
  • des habitudes de sommeil appropriées ;
  • une alimentation équilibrée ;
  • des relations sociales enrichissantes ;
  • des activités de loisirs.

Mais au lieu de cela, nous avons tendance à adopter toute une série de mauvaises habitudes telles que l’augmentation ou le début de la consommation de tabac, d’alcool et autres substances nocives ou la consommation d’antidépresseurs, ou bien encore une suralimentation.

En bref, l’évaluation par l’individu des situations stressantes est souvent plus importante que les caractéristiques objectives de ces situations. Si nous adoptons des habitudes qui nous maintiennent en bonne santé et apprenons à gérer ces facteurs de stress et les risques professionnels qu’ils induisent, nous saurons comment mieux contrôler nos réactions et vérifier comment l’impact négatif de ces situations se réduit.

Les effets sur la santé dus au stress

Lorsque le stress est subi de manière prolongée, il peut même apparaître plusieurs problèmes de santé et de sécurité tels que :

  • maux de tête ;
  • problèmes cardiovasculaires ;
  • troubles digestifs ;
  • problèmes sexuels ;
  • risques psychosociaux ;
  • épuisement physique ;
  • insomnie.

La dépression, l’anxiété et un système immunitaire affaibli sont également les conséquences d’un stress intense et prolongé.

La prévention des risques au travail

Pour prévenir et traiter ce genre de problème, nous devons faire un effort conscient pour maintenir et améliorer nos habitudes générales de santé. En plus de ces habitudes, nous pouvons améliorer nos ressources et acquérir de nouvelles compétences en matière de gestion du stress.

En premier lieu, il est important d’apprendre à identifier les facteurs de stress qui nous affectent et la manière dont ils agissent. De cette façon, nous découvrirons les modèles inappropriés et prendrons conscience de leurs effets.

De plus, l’utilisation correcte et continue de diverses techniques de relaxation, telles que la respiration profonde ou la relaxation musculaire progressive, ont un impact direct sur notre niveau d’activation et nous aident à mieux contrôler notre corps. La restructuration cognitive nous aide à reformuler et à réinterpréter les situations et à changer notre attitude. D’autres techniques telles que les instructions sur soi-même, la résolution de problèmes, la gestion de la colère et la maîtrise de la pensée nous donnent des outils pour accroître notre auto-contrôle. L’apprentissage et l’amélioration de nos compétences sociales nous serviront également de soutien et nous protégeront des exigences de l’environnement.

Le stress au travail a donc un impact majeur sur notre société et ses répercussions se font sentir à de nombreux niveaux. Si, malgré tous ces efforts, nous ne parvenons pas à contrôler notre niveau de stress, nous ne devons pas renoncer à nous sentir mieux et devrions recourir à une aide professionnelle.